Un investissement responsable, c’est quoi ?

 

Un investissement responsable consiste à appliquer des concepts de développement durable à des placements financiers ou immobiliers.

Cette application nécessite l’analyse double et préalable de paramètres financiers dits “traditionnels”, mais aussi de paramètres extra-financiers, intégrant un ensemble de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans les décisions de placements.

Investissement responsable : quel intérêt pour les investisseurs ?

 

L’objectif premier d’un investissement responsable est de remplacer la performance financière à court terme par l’identification d’entreprises performantes à long terme qui contribuent à une finance éthique et solidaire. Ce processus permet à la fois de renforcer leur image, de permettre une analyse des titres plus poussée et de mieux maîtriser et anticiper les risques. Il s’agit donc de faire le pari d’une rentabilité qui s’inscrit dans le temps et qui participe au bien commun.

Pour parvenir à trouver l’investissement qui vous convient, les acteurs de la finance responsable disposent de nombreux outils parmi lesquels le label ISR (Investissement Socialement Responsable) soutenu par le Ministère des Finances et décerné par un organisme indépendant aux entreprises qui s’inscrivent dans une démarche durable, y compris sur le plan financier et économique. D’autres initiatives d’avenir non labellisées qui œuvrent pour le nettoyage des océans, la reforestation ou en faveur de problématiques environnementales et sociétales plus larges, sont aussi porteuses d’opportunités vertueuses.

N’en déplaise donc aux sceptiques et défenseurs de la théorie moderne du portefeuille développée en 1952 par Harry Markowitz, “investissement responsable” n’est pas (ou, n’est plus) synonyme de “contre-productivité”, ni de dégradation de rentabilité des fonds. Au contraire, il apparaît aujourd’hui comme un véritable levier de performance qui tend également à se diversifier.

Une étude conjointe de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) et de l’Imperial College de 20204 montre d’ailleurs que, depuis dix ans, les valeurs des entreprises cotées en bourse dans le secteur des énergies renouvelables ont été à la fois plus rentables et moins volatiles que celles des fossiles.

Si la prise en compte des critères ESG n’a pas d’incidence sur toutes les actions, elle tend en revanche à avoir une incidence positive sur les actifs les mieux notés et négative sur les actifs les moins bien notés : 40% des investisseurs font du climat un élément fort de leurs prises de décisions et 27 % d’entre eux affichent une volonté forte de participer activement à la transition et d’avoir un impact positif en visant les investissements bas-carbone (Bilan mondiale de l’Action Finance – Observatoire Climate Chance – Octobre 2020).

L’investissement responsable, une prise de conscience !

 

Avec la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, nous observons une accélération de la prise de conscience dans le domaine de la finance responsable et les investissements durables se révèlent être des placements de plus en plus plébiscités. Ajoutons à cela que la question du climat entre désormais dans la gestion des actifs et se pose petit à petit comme un enjeu stratégique !

Les investisseurs dont les objectifs étaient jusqu’alors essentiellement centrés sur la performance, l’efficacité et le rendement, se tournent désormais vers des investissements porteurs de sens et créateurs de valeurs complémentaires. De plus en plus exigeants, institutionnels, dirigeants d’entreprises et particuliers sont aussi de plus en plus nombreux à vouloir faire rimer portefeuille équilibré, responsabilité et prospérité.

Si l’ISR est encore méconnu et reste minoritaire (9% des épargnants), l’intérêt pour ce type de placement est quant à lui élevé. En effet, selon une étude Ifop de Septembre 2020, 62% des épargnants accordent de l’importance aux impacts environnementaux et sociaux de leurs placements.

Enfin, si 91% d’entre eux affirment ne s’être jamais vus proposer de placements de ce type, 64% se déclarent toutefois prêts à faire confiance à leur conseiller financier (> intégrer un lien vers ton formulaire de contact) pour les informer.

Investissement responsable, quelle réglementation ?

 

Depuis une vingtaine d’années, le gouvernement a mis en place de nombreux textes de lois qui favorisent les investissements responsables et permettent d’encadrer l’ISR et la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) :

La France, qui compte parmi les pays leaders en matière de réglementation dans ce domaine, poursuit de manière constante ses efforts de clarification et de définition, avec pour objectif d’établir une taxonomie commune au niveau européen et d’augmenter la visibilité de l’ISR auprès des investisseurs.

5 stratégies ont d’ailleurs été établies lors de la COP21 pour intégrer le changement climatique dans les portefeuilles institutionnels :

  • Mesurer l’empreinte carbone du portefeuille
  • Effectuer une gestion indicielle bas carbone
  • Engager l’actionnariat
  • Désinvestir les entreprises dont les activités sont polluantes ou carbonifères
  • Investir vert en participant à la transformation de l’économie

De nouvelles réglementations devraient permettre une avancée certaine dans les mois à venir en matière d’investissement responsable à tous les niveaux.

Pin It on Pinterest